Été 2004 - N°6
SommaireEditoBillet

Sujets du mois
Les Echos du Golfe
Matisse à l'Annonciade
Chateau de la Moutte
Art contemporain
Exposition Pop Art
Saint Tropez saint tropez webzine
Saint-Tropez Webzine - mercredi 4 août 2004
St Tropez
Art & Culture :
ANNONCIADE : UN CENTENAIRE MATISSE
Comme un exégète littéraire avait pu le dire de Malherbes : enfin, Henri Matisse vint. Le peintre était si innovateur qu'il influença nombre de ses petits camarades, jusqu'à Pablo Picasso. C'est à cause, ou plutôt grâce à lui, que le maître espagnol viendra à son tour découvrir la lumière de Saint-Tropez (1). Pour Matissesa part, Matisse avait répondu à la sollicitation de Paul Signac, son célèbre prédécesseur en pointillisme, et avait loué un cabanon (2 pièces en bas, 2 pièces en haut), la Ramade, du côté des Graniers. Nous étions à l'été de 1904. Le Musée de l'Annonciade lui rend hommage du 10 juillet à la mi-octobre.

Toujours très attentif à la circulation en terre tropézienne de ses pensionnaires, le conservateur du Musée de l'Annonciade, Jean-Paul Monery, ne pouvait pas faire moins que de marquer cet anniversaire : 1904-2004, cent ans exactement que Matisse est venu passer un été lumineux dans la cité du Bailli. Le petit cabanon loué non loin de la Hune de Signac, au-dessus des Graniers, est encore présent aujourd'hui, mais inclus dans une vaste construction appartenant à un avocat parisien de renom, qui l'a lui-même acquise il y a quelques années seulement de l'humoriste Thierry Le Luron.

Habile à la négociation, Jean-Paul Monery nous propose une cinquantaine d'oeuvres de Matisse, qu'il fait venir des quatre coins du monde. Aussi bien de l'Ermitage de Saint-Petersbourg que du Metropolitan de New-York, du musée de Boston, du musée de Copenhague ou des musées allemands de Dusseldorf et Frankfort. Les musées français seront peu représentés car ils répondent peu, ou mal, aux sollicitations. France éternelle, où des gens rémunérés par le public, refuse au public des oeuvres publiques... La famille Matisse au contraire, prête plusieurs oeuvres essentielles.

Le but de l'exposition, son thème, sera en cet été 2004 « l'émerveillement pour le sud », le terme n'est pas trop fort, il est surtout de Matisse lui-même, pour ce qu'il ressentira dès son voyage de noces en Corse, en 1898, puis son retour par Toulouse, qui marque son premier intérêt pour le pointillisme. Matisse passera ensuite quelques années à Paris, période durant laquelle le peintre subira la très forte influence de l'oeuvre de Cézanne. Il y aura ensuite son retour dans le Midi, à Collioure, puis à Saint-Tropez en 1904 et quelques années plus tard Cavalière, où il se rapprochera du délicieux et courtois Henri-Edmond Cross (l'Annonciade possède deux de ses oeuvres) qui avait trouvé plus sauvage, plus authentique, la côte au-delà de Cavalaire, au-delà de la déjà bourdonnante cité du Bailli. Comme chacun sait, c'est finalement Nice qui accueillera définitivement le maître. Et recueillera son dernier soupir, en 1954. L'exposition de l'Annonciade marque donc aussi le cinquantenaire de la disparition du grand peintre. Une raison supplémentaire de ne pas la manquer (2). L'iconographie proposée à la vente, qui accompagnera l'exposition, permettra d'en garder le lumineux souvenir. Autrement, pour voir une exposition Matisse, il faudra se rendre à Tokyo à partir du mois de septembre. L'Annonciade y sera présente avec son conservateur. (Mais, bien sûr, on peut en permanence admirer « du Matisse » aux cimaises du musée qui porte son nom à Nice).

Pierre Nembrini

(1) Comme c'est également Matisse qui le convaincra de partir sur les traces de Cézanne au pied de la montagne Sainte-Victoire, en pays aixois. Picasso s'y rendra acquéreur du château de Vauvenargues, précisément (c'est la confidence qu'il nous fit dans les années soixante) pour « guetter » cette lumière qu'à l'époque Cézanne était le seul à chercher à montrer.

(2) On notera que, l'été, le Musée de l'Annonciade est ouvert de 10h à 13h et de 15h à 22h. Tel. 04 94 17 84 10.

LES MATISSE DE L'ANNONCIADE

Le Musée de l'Annonciade possède 6 oeuvres de Henri Matisse. Selon l'ancien Conservateur, Eric Hild, elles constituent des jalons pour certaines phases de la création de l'artiste. Le « Paysage corse » (1898, huile sur toile de O,380 x 0,460) est l'une des premières affirmations originales de sa personnalité en peinture. A côté de « La Gitane » (1905-06, huile sur toile de 0,550 x 0,460), oeuvre-clé pour le Fauvisme dont Matisse fut l'un des créateurs, l'une des toiles les plus fortes de ce mouvement, « Collioure » (1905, huile sur papier marouflé sur carton, de 0,202 x 0, 140 ) et la gravure sur bois « Nu assis », permettent de mieux comprendre le travail préparatoire et parallèle aux grands chefs-d'oeuvre de cette époque. « Intérieur à Nice, Mesdemoiselles Matisse et Darricarrière » (1920, huile sur toile de 0,464 x 0,654) et « La femme à la fenêtre » (1920, huile sur toile de 0,505 x 0,610) sont significatives des deux aspects essentiels de la première période niçoise de Matisse. Ces oeuvres superbes seront bien entendu au centre de l'exposition de cet été 2004.

creation de site internet