Décembre 2003 - n°0
SommaireEditoBillet

Sujets du mois
Les Cantonales 2004
Le village de Camarat
Une villa, deux permis
Lumières sur St Tropez
St Tropez webzine saint tropez
Culture
Architecture :
DECES DU PERE DU VILLAGE DE CAMARAT
Le temps qui passe fait peu de cas des personnages qui, naguère, défrayèrent la chronique. A la fin des années cinquante on parla pourtant beaucoup de Pierre Riboulet et de son Atelier de Montrouge (le célèbre ATM), cet architecte aux idées avant-gardistes qui créa à Ramatuelle le village du Merlier au Cap Camarat et qui vient de décéder à Sèvres dans les Hauts de Seine, à l'âge de 75 ans.
Edifié sur un terrain d'une centaine d'hectares, cédé par Simone Volterra, le village du Merlier au Cap Camarat fait encore aujourd'hui l'objet de la curiosité de bien des touristes. Ce village fut sans doute l'un des premiers en France à supprimer la circulation automobile, au profit d'une circulation piétonnière tournée vers la vie communautaire. Imbriquées les unes dans les autres par groupes de cinq, les trente cinq maisons blanches carrées, aux toits en terrasses fleuries, offrent en effet toujours un cadre franchement convivial durant la période estivale.
L'hiver, malheureusement, à part quelques gardiens et retraités, le village offre le visage trop courant sur la Côte d'Azur, d'un bel endormi. Il n'en demeure pas moins que le concept de Pierre Riboulet est aujourd'hui encore d'un modernisme étonnant, dans la tradition de ce qui inspira Le Corbusier à la même époque, c'est à dire selon le principe créé par eux « de l'intégration au site par la composition modulaire ». Ils révolutionnèrent ainsi la détestable manie des architectes de l'après-guerre, de dessiner chez nous des lotissements du plus pur style de la banlieue parisienne ou d'un style aggravé par le désir d'imiter la Provence dans ses aspects les plus artificiels.
Avec ses deux confrères de l'ATM, Gérard Thurnaeur et Jean-Louis Véret (c'est lui qui dessina le Merlier), Pierre Riboulet reçu en 1982 le Grand Prix d'architecture française, des mains du ministre d'alors, Roger Quillot, non seulement pour son oeuvre, dont le village de Camarat, mais aussi « pour le modèle d'éthique professionnelle » que cette oeuvre représente.

Signalons enfin que le ministère de la Culture se propose d'accorder au village du Merlier le label « patrimoine du XXè siècle ». Un dossier de classement a été ouvert dans ce sens le 28 novembre 2001. Il est actuellement en bonne voie.

Au moment de sa disparition, on aura donc à Ramatuelle une pensée amicalement émue pour Pierre Riboulet, architecte exemplaire.

P. N